Port du casque obligatoire (suite ...)

  • Guy

Suite à la pétition lancée récemment par M. Maurice KIEHL, président du CDTE13, contre le projet de loi déposé par le député des Yvelines, M. Jacques MYARD proposant d'imposer le port du casque aux cavaliers randonneurs, les réactions se sont multipliées (les "pour" comme les "contre") et en tout cas ce projet de loi ne laisse pas tout le monde indifférent.

Vous trouverez un courrier d'Yves DUMONT, président du mouvement EquiLiberté à M. MYARD à l'adresse suivante : http://smf.equiliberte.fr/index.php?topic=583.0

Et voici ci-dessous  une lettre de M. MYARD à M. KIEHL en date du 27 janvier.

A chacun son point de vue ...





De Jacques MYARD, député des Yvelines, maire de Maisons-Laffite
à Maurice KIEHL, président du CDTE 13, quartier Collongues, 13980 ALLIENS

Monsieur,

Jai bien reçu votre courrier relatif à la propossition de loi que j'ai déposé visant à rendre le port de la bombe obligatoire pour tous les cavaliers. Je ne puis cependant souscrire à vos arguments mettant en avant la liberté individuelle pas plus que je ne peux remettre en cause le port de la ceinture en voiture.

Etant cavalier, vous ne niez pas le rique lié à la pratique de l'équitation, mais vous semblez penser que cela n'arrive qu'aux autres. Je suis maire d'une commune qui compte environ 1500 chevaux pour 23000 habitants dont une grande partie pratique l'équitation. Toutes les disciplines sont représentées, des courses au dressage en passant par le concours hippique ou le polo, et naturellement la promenade de loisir. Cette situation me donne une appréciation unique des risques de la pratique de l'équitation sur le terrain, qui m'a conduit à imposer le port de la bombe sur tout le territoire de la commune par arrêté municipal.  Plusieurs cavaliers expérimentés m'ont fait part de leur reconnaissance pour leur avoir ainsi sauvé la vie.

Ce n'est pas l'accident d'un proche qui m'a fait prendre cette initiative, mais lorsque le maire de la commune est appelé plusieurs fois pour constater le décès d'un cavalier dont la tête a heurté dans sa chute une bordure de trottoir ou s'est fait écraser la boîte crânienne par un sabot ferré, il lui eût été totalemnt irresponsable de ne pas prendre des mesures préventives. Ces personnes n'étaient pas en train de préparer des chevaux pour le championnat de France de cross, elles se promenaient tout simplement. Pour votre information, l'une d'elles était même directeur d'un grand centre équestre et titulaire d'un brevet d'Etat.

Il vous serait utile de savoir que le cheval est un animal peureux par nature, et que ses réactions sont en partie imprévisibles. Ainsi tout cavlier est à même de se faire surprendre par un écart causé par un chien qui aboie, une voiture qui passe un peu trop près, ou tout autre aléa urbain. Par ailleurs, bitume, trottoirs, barrières, branches ou tronc d'arbres sont autant de facteurs aggravants en cas de chute en extérieur. Il n'est donc pas étonnant de constater au vu des statistiques que les quelques 500 traumatismes crâniens recensés annuellement en France dans l'accidentologie de l'équitation concernent essentiellement l'équitation de loisir.

En compétition, la Fédération française d'équitation a déjà elle même imposé le casque ou la bombe dans le réglement de la plupart des disciplines. Elle a également accueilli favorablement ma proposition de loi.

Les mesures préventuives sont souvent impopulaires, et l'on attend souvent une hécatombe dûment mdiatisée pour agir, non sans recevoir l'opprobre publique de n'avoir rein fait. Quant à votre liberté, permettez-moi de vous rappeler qu'à ce jour aucune qualification ou permis ne limite la pratique de l'équitation qui n'est même pas soumise à une condition d'âge. Autrement dit, tout le monde peut sortir dans la rue à cheval, sans forcément posséder un niveau minimum. Dans ce contexte, ma proposition de loi est véritablement un minimum de la sécurité du cavalier, et j'espère qu'elle sera suffisante pour que chacun prenne ses responsabilbités.

 

Vous priant de bien vouloir transmettre cette réponse aux signataires de votre pétition, je vous prie d'agréer, Monsieur, l'expression de mes sentiments très sincères.

 

Jacques MYARD, Député-Maire

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog